Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 03 octobre 2012

Diams voilée

Est-il choquant de ne pas le moins du monde être choquée par le voile de Diam's ? Cette fille dont j'ai toujours abhoré les chansons - il y avait dans sa voix rauque une détestation de tout, de la vie, des autres, très désagréable - tout en pouvant parfaitement comprendre le mal-être de ceux qui se sentent relégué à l'écart d'une imaginaire "France idéale", cette, pour la premi`re fois, je la comprend. Elle a tout eu - et, en particulier, de l'argent, et, en second, la gloire - et cela ne l'a pas comblé. Non, car il est évident, en écoutant (dans la limite du supportable) ses douloureuses chansons, que sa sincère colère ne portait pas sur l'obtention d'un bien être matériel. Elle cherchait autre chose, la reconnaissance, ou bien une intégration à un groupe, un monde, peut-être LE monde - je ne sais pas, n'étant pas elle.

Islam ou pas, voile ou pas, Diam's est en accord avec elle même - pourvu que ça dure, car la maternité n'est pas la solution à tout. Mais enfin, avoir un amoureux et un enfant, c'est tout de même pas si mal. C'est tout de même un pas vers l'intégration, la fusion dans quelque chose,e t quelque chose de doux, de chaud, d'aimant. Une famille. Ça ne résoud pas tout et ça peut aussi bien être une illusion que le reste. Mais tout de même. C'est quelque chose.

 

Je comprends Diam's, donc, et plus que jamais. C'est même la seule célébrité dont je comprends - et ADMIRE - la démarche. Cela ne m'empêche pas de penser que, vu la puissance de son immersion dans le monde merveilleux de la maternité, je ne suis pas persuadée qu'il lui apporte à jamais tout ce qu'une personne aussi "en quête" qu'elle semble l'être puisse souhaiter. Mais disons que c'es une étape de sa vie, qui pourrait peut-être lui permettre d'accéder à une quarantaine mesurée et tranquille.

 

Mais arrête d'être négative, ho ! Avoir à la télé quelqu'un qui dit que l'argent et la gloire n'est pas tout... C'est tellement bien ! Merci, Diam's !

mardi, 28 février 2012

Cromeugnon

Il est trop mignon.

Mon fils est trop mignon.

Comment expliquer la joie qui me prend face à sa bouille ? Ses bavouillis, qui il fait bvv, bvv, en bavant certes un peu, mais avec la mine réjouie et l'oeil qui brille ? Quand il rampe à quatre pattes d'un air gourmand vers un joeut qu'il repéré ? 

Le geste qu'il faisait quand il était nettement plus petit, les bras s'agitant sur le côté, parce qu'il n'avait pas encore compris qu'il faut tendre les bras en avant pour attraper un objet, qu'il se contentait de dévorer des yeux tout en agitant les bras latéralement ?

Il me fait craquer.

05:37 Publié dans Les enfants | Lien permanent | Commentaires (0) |

lundi, 06 février 2012

Enfants malades

C'est le détail dont on se moque, mais sympa. J'ai deux enfants malades qui vomissent à la maison. Je réhydrate et vide les seaux. Chouette.

12:32 Publié dans Les enfants | Lien permanent | Commentaires (0) |

lundi, 30 janvier 2012

Bachar el Assad en fuite

Bachar el Assad est-il en fuite ? 

 

Ce que c'est que lire les blogs le matin au saut du lit ! J'en ai été tirée de ma torpeur.

 

Rien dans les actu. Y compris en anglais. Ça doit être de l'intox... Flûte !

 

En même temps, si c'est pour que tout tourne comme en Libye... Mieux vaudrait peut-être arracher à Bachar une transition.

 

Encore que le bonhomme semble fort peu porté sur les transitions. Mais l'opposition l'est-elle ?

 

La région peut-elle économiser le bain de sang ?

 

Quel drame. Pourtant, mlgré tout, je ne peux pas m'empêcher de voir de l'espoir dans tout cela. La changement n'amène pas un "bonheur" simple, mais des luttes dont il me semble qu'elles doivent être emnées pour parvenir à la liberté.

 

J'ai peut-être un vieux fond janséniste. On ne conquiert le bonheur que dans la douleur.

05:26 Publié dans Actualités | Lien permanent | Commentaires (0) |

vendredi, 27 janvier 2012

les époux Lavier ne pensaient pas à mal


Procès des Lavier : ils "ne pensaient pas à mal", dit l'article.

Et puis, au cours de l'article, on découvre qu'ils se déguisaient, mimaient l'acte sexuel, que les hommes se mettaient en nuisette pour jouer au con, etc....

Bref, l'horreur.

Sauf que.

Mon mari m'a raconté comment s'est déroulé sa communion. Il y a une trentaine d'années. Grand repas de famille, on a poussé les meubles, emprunté des tables aux voisins pour faire tenir assis 30 personnes dans le salon. Le repas commence à midi, finit le soir. Traditionnel dans la famille. L'un des invités est un oncle qui, lorsqu'il a bu, "fait le con". En l'occurence, il baisse son pantalon, en racontant des gauloiseries.
A ce stade, mon mari raconte que son père, tout en riant, a crié : "les gosses, montez, c'est pas pour vous !". Les gosses sont montés, certains ont regardé, l'oncle a déconné, puis ça s'est tassé : il y a peut-être eu une dispute familiale ensuite, ou peut-être est-ce lors d'une autre réunion de famille.
Quand il me raconte ça, ça me dégoute toujours un peu. Je me demande si c'est normal. Mais je me souviens que dans Fanny et Alexandre, on trouve aussi le personnage d'un oncle peu ragoutant qui éteint les chandelles en pétant, sous les rires mi figues mi raisins des enfants. Peut-être ce genre de pratique est-il courant, je ne dis pas normal et acceptable, je dis courant.
Peut-être est-ce courant, quoique regrettable, peut-être est-ce le fait d'individus dont Zola aurait fait des personnages littéraires, vulgaires, sexuellement et psychologiquement immatures, mais qui font partie de la société.
Ce que je n'arrive pas à décider, dans mon for intérieur, c'est la chose suivante : ces comportements grossiers, forcément perturbants pour des enfants, sont-ils plus perturbants que d'autres comportements des parents, à caractère non sexuel ? Je sais fort bien à quoi je pense en disant cela, croyez moi. Imaginons une mère qui dénigrerait et critiquerait incessamment son enfant, tout en le surprotégeant. Sans jamais avoir le moindre acte à caractère sexuel envers l'enfant. Le lui reprocherait-on autant ? Je pense bien que non. On la considérerait, tout au plus, comme une mère un peu abusive.
C'est-à-dire : est-il plus déstabilisant pour un enfant d'avoir un parent obsédé sexuel qu'une autre forme de problème de la personnalité ? Mimer des actes sexuels, être obscène, cela peut-il se comparer à des viols ou passages à l'acte ? On dira que non, les époux Lavier sont accusés de corruption de mineur. De ce fait, ces époux vulgaires et dégénérés sont-ils plus dégénérés et doivent-ils être plus condamnés que ces parents obsédés par la réussite scolaire de leurs enfants, et qui les broient à force d'attendre la sur-perfection de leur part ? Et les parents ultra sévères, qui affectent de ne tolérer aucun manquement, aucune impolitesse, sans jamais parler et dialoguer avec leurs enfants, mais qui les "dressent" à coups de remarques odieuses et d'auto satisfaction ? Et Dieu sait, quand on se trouve devant certains parents follement exigeants, qu'ils peuvent être destructeurs dans leur attente de perfection.
En fait, s'il faut condamner les époux Lavier, alors il faut condamner beaucoup d'autres parents ; il le faudrait assurément, mais comme on ne le fera pas, faute de place, de temps, de moyens, les époux Lavier doivent-ils être condamnés ?

 

Ou bien on les condamne pour l'exemple ? Et effrayer un peu les autres parents ?

 

Bon, évidemment, je me place dans le cas où les époux Lavier ne sont pas coupables d'actes plus graves que ce qu'ils prétendent. Je ne peux pas savoir s'ils sont réellement coupables de faits plus graves. Donc, dans le doute, je pars du principe que ce qu'ils disent est vrai. (Dans mon fort intérieur, je les trouve répugnants, ces gens, mais encore une fois, je me contente de raisonner avec les infos munimales que l'on a, et en admettant que se livrer à des gestes sexuels devant des enfants, "ça peut arriver").